• gold lion- Yeah yeah yeahs

    La masse humaine dort. L'unique bruit nouveau est ce machonnement dans l'obscurité : le vieil homme étendu sur son journal s'est redréssé sur un coud, a ouvert une boîte de conserve, et il mange avec serie de lapement comme font ceux qui n'on plus beaucoup de dents. Le fracas métallique du couvercle refermé me fait grimacer par sa laideur rêche. L'homme se couche, cherche une position confortable dans le froissement des pages de journal et bientôt commence a ronfler.

         Le jugement que j'essayais de retenir m'envahit, à la fois compassion et colère. J pense à ce magma humain qui respire comme un seul être, à sa résignation, à son oubli inné du confort, à son endurance face à l'absurde. Six heures de retard(le train). J e me tourne, j'observe la salle plongée dans l'obscurité. Mais ils pourraient très bien y passer encore plusieurs nuits. Ils pourraient s'habituer à y vivre ! Comme ça, sur un journal déplié, le dos contre le radiateur, avec une boîte de conserve pour toute nourriture. La supposition me paraît tout à coup vraisemblable. Un cauchemar très vraisemblables. D'ailleurs, la vie dans ce bourgades à mille lieues de la civilisation est faite d'attentes, de résignation, de chaleur humide au fond des chaussures. Et cette gare assiégée par la tempête n'est rien d'autre que le résumé de l'histoire du pays. De sa nature profonde. Ces espaces qui rendent absurde toute tentative d'agir. La surabondance d'espace qui engloutit le temps, qui égalise tous les détails, toutes les durées, tous les projets. Demain signifie "un jour, peut être", le jour où l'espace, les neiges, le destin le permettront. Le fatalisme...

      Je parcours, plutôt par dépit, ces sentiers battus du caractère national, ces questions maudites de la russité abordées par tant de têtes pensantes. Un pays en dehors de l' Histoire, le pesant héritage de Bysance, deux siècles de joug tartare, cinq siècles de sevrage, révolutions, Staline, East is East...

     

     

     

    Andreï  Makine   "la musique d'une vie"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :